Bouquet d'artistes

Marine


Femme cisgenre*, blanche, issue d’une classe moyenne, j’ai grandi à Francheville (69). Dès l'enfance, j’ai découvert le théâtre, ou plutôt Molière et Boris Vian, Ionesco et autres hommes d'arts et de lettres. J’aimais Molière, Verlaine, Hugo, autant que les séries TV, les livres de vampires ou à l’eau de rose. J'ai fait l'expérience du jeu d'actrice à travers une classe prépa, une formation de comédie musicale semi-pro et dans des jeunes compagnie. En parallèle, je travaillais comme chargée de communication dans une usine, vendeuse, adjointe à l’accueil d’un théâtre public.
De 2017 à 2020, je me suis formée à l'Ecole Claude Mathieu : interprétation en français et en anglais, masque, clown et chant. J’ai écrit et mis en scène une première pièce, Putain, qui plonge le public au coeur d'une multinationale où les employé·es sont des prostitué·es. J’ai adapté pour le théâtre un extrait de Germinal d’Emile Zola, j’ai assisté Jacques Hadjaje dans son travail sur L'Illusion Comique de Corneille et Teddy Melis sur trois œuvres de Samuel Beckett. J'ai découvert Sarah Kane, Madame Du Boccage, Maguy Marin, Pina Bausch et Gisèle Vienne, entre autres.

Poussée par ma sensibilité aux enjeux écologiques, mon désir de porter des projets artistiques et engagés, j'ai réuni artistes et ami·es pour fonder l’association Compagnie Arborescent·e·s en 2020. Les répétitions de Déméter ont commencé dans la foulée, en étroite relation avec ma recherche théorique sur “le végétal, acteur de la représentation”, dans le cadre de mon Master en Etudes Théâtrales à Paris Nanterre (2020-2022)

Aujourd'hui, une grande partie de mon temps est dédié à la compagnie : metteuse en scène et autrice de Déméter et Sauvage, comédienne de Détritus, enseignante d'éco-théâtre, mais aussi productrice et diffuseuse. J’endosse une diversité de casquettes comme plusieurs bénévoles et artistes de l’association, pour faire notre place dans le spectacle vivant professionel. Je suis également actrice et voix off pour des vidéo institutionnelles (Vincennes, BNF, etc.), de l’événementiel et des courts-métrages. Je donne des cours particuliers de théâtre, de préparation aux concours, je continue à me former au jeu, à la danse, au chant et je travaille dur pour, un jour, vivre uniquement de ce projet artistique et écologique qu’est la compagnie Arborescent·e·s. 

 Sarah

 Quand j’étais petite, je me souviens des spectacles que je jouais déjà devant mes parents. Je déclarais à qui voulait l’entendre que je rêvais de devenir « actrice-agricultrice ».
Cette passion naissante a gagné en importance avec une longue pratique théâtrale. Puis, après une licence en langues étrangères (anglais-italien), j’intègre le Cours Florent en 2015. J’y découvre l’improvisation, les masques et le clown, qui seront de grandes révélations dans mon parcours.
Depuis septembre 2018, je donne des cours de théâtre à des enfants et adolescent.es au Cours Florent Jeunesse et dans des écoles, avec l’envie de les rendre acteur·rices et créateur·rices de notre travail. En 2019, j’assiste Timothée Leuba dans la mise en scène de deux spectacles masqués, et je dirige les acteur·rices du spectacle L’Ecume des jours de la compagnie Les Joues Rouges jusqu’en 2020.
Je travaille aujourd’hui comme autrice et metteuse en scène de ma première création En quête, sur la maladie d’Alzheimer et une jeunesse endeuillée, au sein de la compagnie Le Plateau des Sources Rouges ; je suis co-autrice et comédienne dans Méduse du collectif Baba Yaga, sur la question des violences faites aux femmes.
Mon engagement théâtral est fort. Je porte en moi la nécessité de traiter de sujets qui m’animent et me touchent. Les questions écologiques en font partie. Je ne savais rien de l’éco-théâtre avant de croiser le chemin de la compagnie Arborescent·e·s. Je trouve ce travail passionnant et suis très fière d’avoir intégré ce projet respectueux et novateur. 
.

Thaïs

Normandie, Orne, Alençon. C’est dans cette ville que j’ai rencontré le théâtre assez jeune, depuis une compagnie amateure jusqu'au 3e Cycle du Conservatoire Départemental, devenu ma deuxième maison. Là-bas, je me suis aussi impliqué dans les classes de percussion, de piano, d'orchestre et de comédie musicale.  J'ai ensuite rencontré la théorie théâtrale dans une classe préparatoire littéraire à Caen, mais toujours appliquée au plateau. 

J’atterris à Nanterre, à l’université, dans les milieux militants écologistes et les théâtres parisiens. Ma licence d'arts du spectacle en poche, je décide alors de commencer un travail de recherche pour tenter de creuser cette question et découvrir les façons qui me paraissent les plus pertinentes pour faire théâtre, avec l'écologie… et inversement ! Ce travail me fait croiser le chemin de la cie Arborescent.e.s avec qui nous explorons les points de rencontre avec les végétaux in situ. L'année 2021 sonne aussi le début du travail avec la cie Médusée avec qui nous revisitons un mythe antique au prisme des questions d'identités de genre. 

Dans le prolongement de préoccupations théâtrales et écologiques je choisis de me diriger vers la mise en scène et entre alors dans le master Mise en scène et dramaturgie de l'université de Nanterre. Cet approfondissement me pousse à tester, s'amuser avec les curseur de la mise en scène afin de trouver une énergie collective et des formes pertinentes pour soutenir la justice environnementale.


Quoi de mieux qu'expérimenter ensemble, de trouver en commun des façons de faire, de ressentir autrement nos liens, d’arpenter le théâtre, en redonnant une place à des acteur·rices oublié·es : les Terrestres ?

Woodina

 
Mon histoire d’amour avec le théâtre a commencé à mes 12 ans dans un atelier. Depuis, on ne s'est plus quitté, il m'est devenu nécessaire.
 
Mon bac  en poche, je suis deux cursus en parallèle : une licence Langues Etrangères Appliquées anglais-espagnol et l'école de théâtre Claude Mathieu (Art et techniques de l’acteur). J’y rencontre Marine, qui me met en scène dans sa première création Putain/D'eux-venir soi. Parmi les autres spectacles dans lesquels j'ai joué : Moi aussi je suis un être humain mis en scène par Jacques Hadjaje, Edith Piaf de Thomas Bellorini,  Aparecen las Mujeres mis en scène par Luis Sánchez Peñaherrera (en VO espagnol) et Santé! Vie,Vie,Vie M* mis en scène par Malika Damour. Après une licence professionnelle d’encadrement d’ateliers de pratique théâtrale obtenue à la Sorbonne Nouvelle, je deviens intervenante théâtre (ateliers, séjours, etc.). Le théâtre est pour moi un outil d’éducation et de transmission pour aider les autres à s’exprimer et s’épanouir. 

Je ne conçois pas ce métier toute seule mais en troupe. Je vois cette compagnie comme un laboratoire de recherche, un lieu de rencontre et de transmission.  J’ai trouvé des compagnon·nes de route pour créer, observer le monde et rêver ensemble, à la recherche d'un théâtre qui questionne les relations entre les vivant·es. 

Nourrie par ces expériences, je poursuis en parallèle mon chemin d’artiste au sein de l’école supérieure  du Théâtre National de Bretagne (TNB). Je veux travailler à l’international, apprendre d’autres méthodes, explorer d’autres disciplines et manières de concevoir le théâtre.

Marie

Mon parcours artistique débute par la danse et se poursuit, à partir de mes 9 ans, par le théâtre. Ces disciplines, avec la natation, deviennent pour moi des "piliers".

Au lycée, j'intègre l'Atelier Théâtre Citoyen (Cie des Citoyens du Trèfle) de Courbevoie. Avec mes camarades, je pars en 2015 et 2016 jouer nos pièces comiques pendant 10 dates au Théâtre de la Tâche d'Encre dans le cadre de Festival Off d'Avignon. 
Ces expériences agissent comme un révélateur pour moi : je ne vois plus la pratique du théâtre comme une amatrice et décide d'en faire mon métier. 
En Septembre 2016, je quitte subitement ma licence de lettres classiques à la Sorbonne pour me consacrer pleinement à mes études au sein de l'Ecole Claude Mathieu où je resterai quatre ans en formation. J'y rencontre Marine Giraudet. 

Après l'école, en 2021, j'effectue un stage d'assistanat à la mise en scène pour le spectacle "Jai un vieux dans mon sac si tu veux je te le prête" au sein de la compagnie de théâtre de rue Bouche à Bouche avec Marie-Do Fréval. J'y découvre l'univers du théâtre de rue. Je participe également en tant qu'assistante à la mise en scène à l'élaboration du spectacle de conte "Le Chagrin de Caillou" écrit et mise en scène par Louise Luck. Ce projet n'aboutit malheureusement pas. 

Depuis Septembre 2021, je suis intervenante théâtre auprès d'enfants dans les écoles.
Je rejoins la compagnie Arborescent.e.s en janvier 2022 et prends la suite de Audrey Miles pour l'assistanat à la mise en scène de "Déméter".

*Cisgenre :  La cisidentité, également appelée cissexualité, est le fait d’avoir une correspondance entre son identité de genre (celle que l’on s’attribue), et le genre et sexe que l’on nous attribue à la naissance 

Nous avons fait du chemin ensemble...

Audrey Miles, collaboratrice artistique sur Déméter.