Bouquet d'artistes

Marine

Habitée par le théâtre depuis mes premiers pas sur scène à 10 ans, j'ai choisi une voie plus
« classique » au sortant du lycée - classe préparatoire littéraire puis école de commerce et de développement 3A - avant de faire le choix d'habiter le théâtre à mon tour.
 
Je me suis formée à l'art et aux techniques de l'acteur.rice à l'Ecole Claude Mathieu, où j'ai également pu assister Jacques Hadjaje sur L'Illusion Comique, Teddy Melis pour un travail sur trois oeuvres de Beckett, adapter un extrait de Germinal pour le théâtre, et mettre en scène ma première écriture, Putain, avec 10 acteur·rices.

Ces dernières années m'ont permis de nourrir cet apprentissage par des expériences variées : comédienne pour les compagnies de théâtre Début de Folie de Sorana Delhommeau et Kaféïne de Noémie Terrail, au Tremplin des Jeunes Talents de Vincennes en avril 2021, actrice pour des vidéo institutionnelles (Vincennes, BNF, etc.) et des courts-métrages, chanteuse de variétés, metteuse en scène d'une version e-théâtre de Georges Dandin, et coach pour les concours des écoles supérieures d'art dramatique.

Je poursuis aujourd'hui mon apprentissage théorique en Master de Recherche théâtrale à l'université Paris Nanterre depuis septembre 2020, où je travaille sur "le végétal comme acteur de la représentation", tout en m'insérant professionnellement comme comédienne et metteuse en scène. La compagnie Arborescent·e·s dessine ce nouveau chemin.

Je mets en scène Déméter, la première pièce de la compagnie créée en 2021, qui poursuit son chemin de répétition et de diffusion. Je joue dans la version seule en scène et dans celle à 3 acteur·rices de Détritus. Enfin j'anime les ateliers d'éco-théâtre proposés par la Compagnie pour les enfants, adolescent·es et adultes.

 Floriane

Je rencontre le théâtre plutôt tardivement, en classe préparatoire. C’est le coup de foudre. Je travaille avec Joël Côté et la Compagnie Bob & Agläe, avec laquelle je traverse pendant 10 ans des pièces classiques et contemporaines. Mais je veux plus, je veux jouer, raconter des histoires, les partager avec des publics… vous emmener en voyage avec moi tous les jours. 

Après mes études de droit marquées par une pratique de l’éloquence, j’entre au Cours Florent. J’y découvre notamment l’improvisation, et surtout le masque. Je m’y plonge au point de me mettre à les fabriquer. En parallèle, je complète ma formation avec des stages sur le travail de Jacques Lecoq, l’art Topeng, j’étudie un temps trop court avec Khadija El Mahdi.


Je suis avant tout comédienne : Alice et autres merveilles de Fabrice Melquiot mis en scène par Timothée Leuba, Sous un parapluie d'Aude Barrère, Au-delà des murs mis en scène par Sarah Battistella et Mathieu Gordien, Déméter de Marine Giraudet.
Je suis également autrice et metteuse en scène : Au-delà des murs en collaboration avec Sarah Battistella et Mathieu Gordien, Battle Royal n'aura pas lieu, L’Odyssée colorée de Zoé et Le Chant de l'Ancêtre de Rozenn Heim.
J'anime des ateliers musicaux, théâtraux, de fabrication de masques avec une grande variété de publics (enfants de 4 à 11 ans, personnes âgées, certaines très dépendantes et j'ai eu l’expérience de participer à certains ateliers en hôpital psychiatrique). 

C’est avec mon alto, fidèle compagnon de mes années d’arts martiaux, de danse, de patinage… que je rejoins cette compagnie. J'ai été enthousiasmée par ce laboratoire de recherche et de création qui questionne nos liens au végétal, au vivant, aux déchets, nos impacts et notre place dans la société. Depuis longtemps sensible au mouvement Colibris, j'ai grandi dans l'idée que nos choix d'aujourd'hui construisent notre monde de demain. J'espère faire ma part et vous emmener dans un ailleurs traversant les monstruosités, les beautés, les faiblesses et les forces de nos mondes.
.

Audrey

J'ai commencé le théâtre à 14 ans dans une MJC et depuis, ça ne m'a plus quittée. J'ai obtenu un baccalauréat littéraire spécialité théâtre et, en parallèle du lycée, j'ai suivi une formation au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Laval pendant 2 ans. Puis je suis allée au Cours Florent une année, avant de poursuivre ma formation à l'Ecole Claude Mathieu jusqu'en juillet 2021. Je pratique aussi la guitare, le jonglage et la massue. 
Me sentant concernée par les questions environnementales depuis le plus jeune âge, je cherche des réponses et des solutions dans mon quotidien. Mais à présent, j'en cherche aussi dans ce qui me passionne le plus, l'art. Je me suis souvent posée les questions : faire du théâtre, est-ce un acte écologiste ? Et peut-on faire du théâtre écologique ? En entrant dans cette compagnie, je peux enfin affirmer que oui.

 Sarah

 Quand j’étais petite, je me souviens des spectacles que je jouais déjà devant mes parents. Je déclarais à qui voulait l’entendre que je rêvais de devenir « actrice-agricultrice ».
Cette passion naissante a gagné en importance avec une longue pratique théâtrale. Puis, après une licence en langues étrangères (anglais-italien), j’intègre le Cours Florent en 2015. J’y découvre l’improvisation, les masques et le clown, qui seront de grandes révélations dans mon parcours.
Depuis septembre 2018, je donne des cours de théâtre à des enfants et adolescent.es au Cours Florent Jeunesse et dans des écoles, avec l’envie de les rendre acteur·rices et créateur·rices de notre travail. En 2019, j’assiste Timothée Leuba dans la mise en scène de deux spectacles masqués, et je dirige les acteur·rices du spectacle L’Ecume des jours de la compagnie Les Joues Rouges jusqu’en 2020.
Je travaille aujourd’hui comme autrice et metteuse en scène de ma première création En quête, sur la maladie d’Alzheimer et une jeunesse endeuillée, au sein de la compagnie Le Plateau des Sources Rouges ; je suis co-autrice et comédienne dans Méduse du collectif Baba Yaga, sur la question des violences faites aux femmes.
Mon engagement théâtral est fort. Je porte en moi la nécessité de traiter de sujets qui m’animent et me touchent. Les questions écologiques en font partie. Je ne savais rien de l’éco-théâtre avant de croiser le chemin de la compagnie Arborescent·e·s. Je trouve ce travail passionnant et suis très fière d’avoir intégré ce projet respectueux et novateur. 
.

Thaïs

Normandie, Orne, Alençon. C’est dans cette ville que j’ai rencontré le théâtre assez jeune, depuis une compagnie amateure jusqu'au 3e Cycle du Conservatoire Départemental, devenu ma deuxième maison. Là-bas, je me suis aussi impliqué dans les classes de percussion, de piano, d'orchestre et de comédie musicale.  J'ai ensuite rencontré la théorie théâtrale dans une classe préparatoire littéraire à Caen, mais toujours appliquée au plateau. 

J’atterris à Nanterre, à l’université, dans les milieux militants écologistes et les théâtres parisiens. Ma licence d'arts du spectacle en poche, je décide alors de commencer un travail de recherche pour tenter de creuser cette question et découvrir les façons qui me paraissent les plus pertinentes pour faire théâtre, avec l'écologie… et inversement ! Ce travail me fait croiser le chemin de la cie Arborescent.e.s avec qui nous explorons les points de rencontre avec les végétaux in situ. L'année 2021 sonne aussi le début du travail avec la cie Médusée avec qui nous revisitons un mythe antique au prisme des questions d'identités de genre. 

Dans le prolongement de préoccupations théâtrales et écologiques je choisis de me diriger vers la mise en scène et entre alors dans le master Mise en scène et dramaturgie de l'université de Nanterre. Cet approfondissement me pousse à tester, s'amuser avec les curseur de la mise en scène afin de trouver une énergie collective et des formes pertinentes pour soutenir la justice environnementale.


Quoi de mieux qu'expérimenter ensemble, de trouver en commun des façons de faire, de ressentir autrement nos liens, d’arpenter le théâtre, en redonnant une place à des acteur·rices oublié·es : les Terrestres ?

Woodina

 
Mon histoire d’amour avec le théâtre a commencé à mes 12 ans dans un atelier. Depuis, on ne s'est plus quitté, il m'est devenu nécessaire.
 
Mon bac  en poche, je suis deux cursus en parallèle : une licence Langues Etrangères Appliquées anglais-espagnol et l'école de théâtre Claude Mathieu (Art et techniques de l’acteur). J’y rencontre Marine, qui me met en scène dans sa première création Putain/D'eux-venir soi. Parmi les autres spectacles dans lesquels j'ai joué : Moi aussi je suis un être humain mis en scène par Jacques Hadjaje, Edith Piaf de Thomas Bellorini,  Aparecen las Mujeres mis en scène par Luis Sánchez Peñaherrera (en VO espagnol) et Santé! Vie,Vie,Vie M* mis en scène par Malika Damour. Après une licence professionnelle d’encadrement d’ateliers de pratique théâtrale obtenue à la Sorbonne Nouvelle, je deviens intervenante théâtre (ateliers, séjours, etc.). Le théâtre est pour moi un outil d’éducation et de transmission pour aider les autres à s’exprimer et s’épanouir. 

Je ne conçois pas ce métier toute seule mais en troupe. Je vois cette compagnie comme un laboratoire de recherche, un lieu de rencontre et de transmission.  J’ai trouvé des compagnon·nes de route pour créer, observer le monde et rêver ensemble, à la recherche d'un théâtre qui questionne les relations entre les vivant·es. 

Nourrie par ces expériences, je poursuis en parallèle mon chemin d’artiste au sein de l’école supérieure  du Théâtre National de Bretagne (TNB). Je veux travailler à l’international, apprendre d’autres méthodes, explorer d’autres disciplines et manières de concevoir le théâtre.

Bureau des fleurs

Valentine, Présidente

Orthophoniste depuis 2 ans, j’ai pleinement découvert le théâtre durant mes études, via l’association solidaire des étudiants en orthophonie de Lyon, Terre d’Ortho. Nous avons collaboré avec une troupe de théâtre d’improvisation afin de lever des fonds pour un projet solidaire auprès de mineurs issus d’un internat au Bénin. Cela a été un vrai coup de cœur ! En parallèle, je suis devenue de plus en plus sensible aux questions environnementales, par diverses prises de conscience (zéro déchet, végétarisme…). Le projet d’une compagnie de théâtre s’inscrivant dans une démarche de développement durable m’a donc immédiatement séduite !

Juliette, Trésorière

Curieuse, toujours à la recherche de nouvelles activités à découvrir, je me passionne et m'engage dans de nombreux domaines : le piano, la broderie, l'(éco)féminisme, le japonais, la pâtisserie, le zéro déchet et maintenant, le théâtre ! Persuadée que cet art est un puissant vecteur de transmission, et sensible aux engagements écologiques de la Compagnie, qui se manifestent non seulement dans les sujets des spectacles, mais dans toutes les dimensions du projet, j'ai choisi de participer à l'expérience Arborescent·e·s !

Caroline, Secrétaire

Passionnée de théâtre, j’entreprends en 2014 une formation au Cours Florent où je rencontre des comédien.ne.s qui m’inspirent désormais au quotidien. Mon parcours se poursuit à l’école de théâtre Claude Mathieu où je rencontre Marine. Guidée par ces rencontres qui deviennent de profondes amitiés, je m’interroge sur le monde qui nous entoure : l’environnement, l’inégalité des classes sociales, la place de la femme dans la société occidentale du XXIe siècle et le patriarcat. En 2018, je rencontre le professeur de théâtre Hervé Claude Hilin auprès de qui je m’épanouis en tant que comédienne. Je travaille à ce moment-là pour Nino La Spina, Chef exécutif de Mauro Colagréco. Au-delà de son talent, cet homme m'a touchée par son engagement dans le 
« bien manger » de saison, le terroir et l’écologie. Durant l’été 2020, Marine me parle de son désir de mise en scène et m’invite à rejoindre l'aventure Arborescent·e·s. Parallèlement, je rejoins l’université d’Aix-Marseille où j’étudie aujourd’hui l’anglais et le féminisme. 

Les adhérent·es et adhérents

Iels soutiennent la Compagnie, l'accompagnent, la déploient : Alexandre, Dorian, Amal, Antoine, Benoît, Delphine, Didier, Dorian, Emmanuelle, Florence, Hélène, Isabelle, Laurent, Raphaëlle, Christy et Sophie.

Tu veux semer les graines de notre amitié ?